Notre histoire

Construit en 1733.

Notre histoire

Pendant les travaux sur la Piazza ordonnée par le pape Clément VII.

Le bâtiment dans lequel se trouve l’Hotel Nazionale depuis la fin du XIXe fut construit en 1733 dans le cadre d’un projet de construction parrainé par le pape Clément XII Corsini (1730-1740), qui voulait de cette manière créer un autre corps de fabrication en mesure de communiquer avec le Siège de la Curia Apostolica, c'est-à-dire avec l’actuel palais de Montecitorio.

L’immeuble où se trouve l’Hotel qui fait angle avec Piazza Montecitorio, fut reconstruit sur les lieux où à la fin du XVII siècle avait le siège Les Pères de la Mission ; cet espace fut occupé par les bâtiments destinés aux bureaux du Cardinal Vicario. Le Palais fut édifié en même temps que les travaux de rénovation de la place d’en face, voulus par le même Pape Corsini. La conception de la place actuelle remonte en fait à la fin du XVIIe et par la volonté de Innocenzo XII (1691-1700) lequel, pour mieux arranger les bureaux des notaires et élargir les espaces devant, fit démolir de nombreuses habitations tout autour. Les propriétaires des bâtiments survivants, parmi lesquels les Capranica (le même hôtel fait partie de la place qui est attribuable à Monseigneur Capranica), furent ensuite autorisés à reconstruire les propres édifices, dans le respect de la nouvelle limitation routière.

L’Hotel Nazionale rentre dans un des quartiers les plus significatifs du tissu urbain, le rione Colonna,zone de la Rome ancienne, centrale par excellence, qui accueille, à partir de 1870 (c’est à dire depuis la proclamation de Rome Capitale du Nouvel Etat Unitaire), la majeur partie des plus importantes fonctions du Gouvernement.
Ce noyau urbain est également défini par deux des plus célèbres mémoires de l’époque romaine : la Colonne de Marc Aurelio, focus visuel de Piazza Colonna, et l’Obélisque Egyptien, sur la Place Montecitorio.
La Colonne de Marco Aurelio fut érigée entre le 176 et le 192 après JC. pour célébrer les victoires de l’Empereur romain Marco Aurelio (161-180) obtenues sur Allemands et Sarmates au Nord du Danube.
La conne, de 30 mètres de hauteur (42 mètres si l’on considère aussi la base), se trouve encore dans la même place originale devant Palazzo Chigi et donne le nom à la Place où il est situé : piazza Colonna.
Le monument, couvert de bas-reliefs, est inspiré à la Colonna Traiana et comme pour cette dernière, les scènes représentées sont placées par ordre chronologique. Si la frise sculpturale qui entoure en spirale le tronc était déroulé, elle dépasserait les 110 mètres de longueur. Ces bas-reliefs, considérés moins raffinés que ceux de la colonne Traiano furent réalisés dans un style populaire qui commençait en ce temps là à se faire connaître, en remplaçant ainsi le style courtois ou classique.

L’obélisque Egyptien, constitué par une longue tige de granite rose, est originaire de la ville de Héliopolis, dans la basse Egypte, où fut érigé pour commémorer la victoire du Pharaon Psammetico II (594-589 avant JC) sur les Ethiopiens.
Porté à Rome en l’an 10 avant JC par Auguste, l’obélisque fut placé comme un gnomon du cadran solaire d’Auguste au Champs e Mars. Entre le IX e le XI siècle, probablement à cause d’un incendie ou d’un tremblement de terre, l’obélisque s’effondra et progressivement fut recouvert par le terrain même. Le Pape Sisto V (1520-1590) entreprit des vaines tentatives afin de remonter et hisser l’obélisque en assemblant certains morceaux retrouvés en 1502 dans une cantine non loin de l’entreprise, l’actuelle place du Parlement.
Deux siècles après, sous Pape Pio VI (1775-1799), les travaux de réparation de l’obélisque eurent enfin du succès ; en 1792, il fut redressé sur l’emplacement actuel par l’Architecte Giovanni Antinori, avec sur le fond la spectaculaire façade de Palazzo Montecitorio et en face le bâtiment de l’Hotel Nazionale.
A l’occasion de ces travaux l’obélisque fut couronné par un globe de bronze avec les emblèmes du pape Pio VI. Quand en 1998, Piazza Montecitorio fut refaite, un nouveau cadre solaire a été tracé sur les pavés, en mémoire de celui d’Auguste, exposé vers la porte d’entrée de Palazzo Montecitorio. Malheureusement l’ombre de l’obélisque ne pointe pas exactement dans cette direction et sa fonction gnomonique est définitivement perdue.

L’élément qui le plus donne du prestige à Piazza Montecitorio est le Palais, siège depuis 1871 de la Chambre des députés. La construction fut commencée par Gian Lorenzo Bernini en 1653 sous pape Innocenzo X mais fut terminée par l’Architecte Carlo Fontana, qui modifia le projet de Bernini en ajoutant le beffroi.
En 1696 du pape s’y installèrent, ou plutôt le Pape. Ensuite Palazzo Montecitorio fut le siège du Gouverneur de Rome et de la Direction de la Police.
Ici tous les samedis, le peuple romain assistait à l’extraction des numéros de la loterie, annoncés du balcon en face de la place. En 1870 avec l’unité d’Italie et le successif transfert de la capitale à Rome, après avoir pris en considération différentes solutions, il fut décidé de prendre Montecitorio comme siège della Chambre des Députés, et, donc les sessions communes du Parlement.
L’Architecte Ernesto Basile commença alors une œuvre d’ajustement du Palazzo berniniano nécessaires à la nouvelle destination avec de grosses interventions concernant l’agrandissement et la restructuration. On lui doit le salon Transatlantico, long et imposant, centre non formel de la vie politique italienne.

Fait encor plus prestigieux du conteste architectural et historique dans lequel il est inséré, l’Hotel Nazionale fut dès le début une référence du Tridente, c'est-à-dire cette zone du centre historique traversée da une multitude de voyageurs et animée durant les siècles derniers par les plus célèbres auberges et tavernes de la ville. Ce lien avec la ville et son histoire, caractérise encore aujourd’hui le Nazionale, et son engagement est et sera celui de continuer à être dans un même temps témoin et protagoniste de l’hospitalité romaine.